Que veut dire « Smart » ?

Le concept « smart » percole depuis plusieurs années à l’échelle de la société en général et du management territorial en particulier. On observe ainsi la naissance de nombreuses « Smart cities » en Europe et ailleurs.

L’expression « ville intelligente », traduit de l’anglais « Smart City », désigne une ville utilisant les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour « améliorer » la qualité des services urbains ou encore réduire ses coûts.

Créé en 2015, le Smart City Institute propose une définition du « Smart territoire » :

« Un « Smart territory » est un écosystème de parties prenantes (gouvernement local, citoyens, associations, entreprises multinationales et locales, universités, centres de recherche, institutions internationales, etc.) …
engagées dans un processus de transition durable (vision stratégique et / ou projets innovants concrets) …
sur un territoire donné …
en utilisant les nouvelles technologies (numériques notamment) comme facilitateur …
pour atteindre ces objectifs de durabilité (développement économique, bien-être social et respect environnemental). »

 

Dans ce contexte, la dynamique SMART est considérée comme un processus de développement que le GAL anime et accompagne en collaboration avec les partenaires publics et privés du territoire.
Cette approche se décline autour de 6 dimensions :
Environnement : ressources naturelles, déchets, eau, énergie…
Mobilité : système durable et multimodal
Économie : écosystème d’entreprises et nouveaux modèles économiques
Gouvernance : interaction et transparence
Mode de vie : vivre ensemble, qualité de vie, santé, logement, tourisme…
Population : accès à la culture, la formation, inclusion

Pourquoi un tel projet en Hesbaye ?

Les espaces ruraux n’échappent pas aux tendances générales qui impactent nos pays industrialisés et qui combinent à la fois des défis en matières de démographie (vieillissement de la population…), des challenges sociétaux (climat, équilibre socio-économique, énergie…), des challenges territoriaux et une (r)évolution numérique (technologie et Big data) sans précédent.

Ces tendances nécessitent de stimuler la créativité et l’innovation afin d’assurer la performance et la durabilité des territoires dans de nombreux domaines :
– La gouvernance : repenser la façon dont interagissent les citoyens et les collectivités ;
– La mobilité : réfléchir les modes de déplacement au quotidien : fluidifier, innover… ;
– L’énergie : être en capacité de développer des sources d’énergie renouvelable et « zéro carbone » ;
– Les ressources naturelles : préserver la biodiversité actuelle, sinon l’accroître ; mieux gérer la ressource « eau »
– L’urbanisation : penser autrement le logement, protéger les paysages ;
– Le « vivre ensemble » : stimuler la création de liens et repenser les relations des uns avec les autres
– …

 

Les différents acteurs de la société sont en quête d’outils leur permettant d’interagir, de réagir dans des domaines variés allant des enjeux publics aux préoccupations les plus individuelles, en passant par la recherche de partenariats organisant notamment de nouvelles formes d’économie collaborative :

  • En réponse à un besoin d’ancrage local et d’appropriation de son lieu de vie, les initiatives citoyennes se multiplient au sein des territoires ruraux. La population recherche une implication dans les dynamiques villageoises, culturelles, dans des projets socio-économiques visant plus de solidarité, de créativité et une valorisation du terroir, de l’environnement et des circuits courts.
  • Les collectivités et administrations publiques sont confrontées à une nécessaire modernisation de leurs compétences et numérisation des services. Les réseaux sociaux et autres plateforme interactives influent parfois sur la mise en oeuvre de chantiers très concrets (Betterstreet) ou forcent une communication tous azimuts qui s’avère, dans certains cas, constructive.
    Par ailleurs, l’enjeu de la protection des données via la réglementation DGPR est un défi de taille pour les communes et à fortiori pour les communes rurales qui envisagent parfois de mutualiser les ressources humaines nécessaires à la gestion de ces questions nouvelles.
  • Les acteurs socio-économiques sont impactés considérablement par cette révolution numérique. A l’échelle d’un territoire rural, il s’agit d’être créatif pour leur proposer les infrastructures d’accueil, faciliter l’interconnexion et l’émergence de projets innovants à inscrire dans le développement des régions.

 

Un projet de coopération entre deux GAL Wallons

La dynamique portée par les GALs en Wallonie semble un terreau propice au développement du processus SMART. Les GAL, par les objectifs qui les caractérisent, constituent des structures idéales pour coordonner et animer un processus SMART.  Leur connaissance du territoire et de ses acteurs, leur échelle d’action faciliteront largement l’émergence de cette dynamique.

Le projet Smart Hesbaye est un projet de coopération entre deux territoires : La Hesbaye Liégeoise et la Hesbaye Brabançonne. Le partenaire pour ce projet de coopération est donc le GAL Culturalité. Plus d’information sur les autres projets portés par cette structure sur https://culturalite.be/.

Quels sont les objectifs du projet ?

 

Objectif général :

Accompagner les territoires ruraux de Hesbaye dans la mise en place d’un processus SMART qui fait converger les dimensions de gouvernance, humaine et technologique au bénéfice d’un développement local et durable.

Objectifs spécifiques :

  • Promouvoir et connecter les initiatives citoyennes, portées par les acteurs socio-économiques, les actions publiques qui s’inscrivent dans un développement durable du territoire et impactent transversalement les domaines de l’environnement, l’économie, la mobilité, la qualité de vie, la cohésion sociale…
  • Susciter l’implication citoyenne dans le débat public et la valorisation du territoire, accentuer le dialogue constructif élus-citoyens autour de projets concrets et définir les balises et modalités de cette participation.
  • A travers l’ouverture des données, faciliter l’émergence de projets créatifs portés par les acteurs du territoire.
  • Réduire la fracture numérique notamment via la création d’infrastructures dédiées à cette transition technologique.
    Faciliter la réponse aux enjeux du territoire par le développement de solutions numériques adaptées au contexte rural.

Vidéo : The Smart Villages